Bruno Lagarrigue

Le poète sanflorain JXN Vidal (1804-1878)

Une biographie de Jean Xavier Napoléon VIDAL et d’autres informations relatives à sa famille sont présentées dans les Soupirs d’amours, œuvre romantique inédite du poète sanflorain Jean Xavier Napoléon Vidal 1804-1878. Édition intégrale et critique établie et annotée par Bruno Lagarrigue, Éditions MFI, Nijmegen (NL), 2014 (ISBN 978-90-78655-20-6), 496 pages, pp. 19-35.  [Extraits]
    Les documents relatifs à sa jeunesse font défaut. Seuls plusieurs actes sous seing privé, notariés ou d’état civil ont permis de reconstituer les jalons les plus importants de sa carrière. Il débute comme expert géomètre. Son mariage en 1833 avec Marie CHAUVEROCHE lui donne un fils né à Saint-Flour en septembre 1834. La jeune famille VIDAL décide de partir pour Paris. Jean Xavier Napoléon ouvre une institution scolaire au n° 28 de la rue des Fossés Saint-Victor. Il y fera toute sa carrière d’enseignant en appliquant probablement la méthode mutuelle ou semi-mutuelle, et demeura là jusqu'en 1860.
    Il rentre alors au pays natal et s’installe dans un appartement de la rue des Lacs. Ayant fait l'acquisition du moulin de Blaud à Roffiac, il en entreprend la restauration en y faisant installer, entre autres, de nouvelles meules.

    Il perd son fils puis sa femme et se lance alors dans la composition de poésies élégantes qui manifestent sa sensibilité et son érudition. Il y aborde principalement les thèmes des sciences, de l'amour, de la nature, de la mort, de la pauvreté, de l'histoire, de la guerre de 1870 et de la politique. À l’instar de quelques-uns de ces ancêtres, Jean Xavier Napoléon VIDAL tient à servir sa ville natale en se faisant élire au conseil municipal de Saint-Flour. Il fut aussi dans cette belle cité au riche passé historique, un membre fidèle du cercle littéraire de Saint-Flour dont le règlement est donné en Annexe 2 des Soupirs d'amours, pp. 374-381.
    Il meurt à Saint-Flour en 1878 sans avoir publié son œuvre. Conscient de la valeur des manuscrits littéraires de Jean Xavier Napoléon VIDAL, le député Armand BORY les emporte en son château de La Chassagne à Pierrefort, peut-être dans l'intention de les publier un jour, mais ses nombreuses activités de député l'en empêcheront. Les alexandrins vidaliens dormiront jusqu'à ce que Bruno LAGARRIGUE les découvre en 1998 dans le fatras qu'avait sauvé Geert Yann WOLFS, propriétaire de cette demeure jusqu'en 2006.  [Présentation des Soupirs d'Amours] >>>